Above all things, we wanted to avoid any inclination to Manichaeism about World War II. We highlighted some aspects of the conflict, especially the people who opposed the Nazi regime from the inside.

Loads of Resistance fighters were from Germany and risked their lives and their families’ trying to thwart the Führer’s plans; some of them even intended to murder him on various occasions. What’s more, a majority of German soldiers weren’t “Nazis”, but simple men that had no choice but to fight.

So here is how we dealt with that in V-Commandos:

  • You can play a German Resistance fighter, the Spy (in the expansion V-Commandos: Résistance).
  • We usually talk about “enemies” or “Germans” in the game, rarely about “Nazis”.
  • Historical references in the rulebook sometimes focus on acts of resistance, just like this one:

 

Nous tenions à éviter tout manichéisme à propos de la Seconde Guerre Mondiale. Nous avons mis en avant plusieurs facteurs, et particulièrement ceux et celles qui se sont opposé au régime nazi de l’intérieur.

De nombreux résistants allemands ont risqué leur vie et celle de leur famille en tentant de contrecarrer les plans du Führer, allant même jusqu’à tenter de l’assassiner à de multiples reprises. De plus, la majorité des soldats allemands n’étaient pas des "nazis", mais de simples hommes forcés de se battre.

Voici comment ça se traduit dans V-Commandos :

  • On peut jouer un résistant allemand, l’Espion (extension V-Commandos : Résistance).
  • On parle d’"ennemis" ou d’"allemands", très rarement de "nazis".
  • Les encadrés historiques du livret de règles de V-Commandos mettent parfois en avant des actes de résistance, en voici un exemple :